L’Appel « Devoir de Mémoire Contre le Racisme » 

Oproep « Herdenkingsplicht tegen racisme »

« Faites que notre départ ne soit pas vain et que l’avenir soit celui d’une harmonie entre tous les citoyens libérés des dangereuses idées meurtrières. »

 Tel a été le message que Kenza Isnasni avait lancé devant des milliers de personnes lors des funérailles officielles au nom de ses parents Habiba et Ahmed après avoir été sauvagement assassinés par leur voisin raciste, un partisan d’extrême droite du Vlaams Belang le 7 mai 2002 à Schaerbeek. Pour rappel, au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, suivis d’élections présidentielles en France en mai 2002, l’assassin avait déclaré la veille de son crime : « Puisque Le Pen n’a pas été élu, nous allons nous débarrasser de ça nous même avec une kalachnikov ! » 

Au-delà des frontières, le racisme sévit. Au-delà des frontières, nous devons le combattre car le scénario pourrait se répéter l’an prochain.  Les prochaines élections présidentielles en France auront lieu en avril 2022 … exactement 20 ans après le drame. En plus des crimes racistes qui se banalisent et dont nous continuons d’être témoins aux quatre coins du monde, les analystes politiques nous annoncent un contexte inquiétant, avec une extrême droite encore plus forte qu’il y a 20 ans.

L’Appel «Devoir de Mémoire Contre le Racisme» est lancé dès aujourd’hui par la Habiba Ahmed Foundation et s’adresse à quiconque est épris d’humanisme, de solidarité et de justice. Nous n’oublions pas. Nous commémorerons Habiba et Ahmed pour nous rappeler que le racisme est capable d’engendrer des conséquences désastreuses et irréversibles.  

L’Appel «Devoir de Mémoire Contre le Racisme» est un appel du cœur, à l’amour pour que plus jamais aucun être humain ne soit tué pour sa différence. Un appel pour vivre dans le respect au sein d’une société inclusive afin de faire reculer ces violences racistes auxquelles malheureusement nous continuons d’être exposés sous de nouvelles formes, plus diffuses et souvent banalisées. Le racisme fut et continue à être une réalité.

Cette tragédie doit amener la communauté des êtres humains à réfléchir sur nos responsabilités respectives lorsque le racisme sévit, lorsqu’il mène à la mort. Car oui, le racisme tue, il a tué Habiba et Ahmed et tant d’autres.

Vingt ans plus tard, nous prendrons le temps d’honorer une génération ayant contribué au développement et à la construction de la Belgique. Ces parents ont fait partie – suite à l’appel fait pour une main d’œuvre étrangère dans les années 60- de ces grands mouvements de l’immigration dont l’histoire reste peu reconnue. 

Nous ferons également en sorte que ce moment de commémoration soit un engagement ferme en termes d’actions. Il est nécessaire de contribuer à la reconnaissance de cette histoire collective belge. Ces générations de parents immigrés se succèdent les unes  après les autres. Elles disparaissent en emportant des femmes, des hommes, notre mémoire, notre histoire. Nous honorerons ces pères, ces mères qui en silence ont tant sacrifié avec dignité et courage. 

Vingt ans plus tard, ne parlons plus de changement mais de transformation. Une transformation positive pourrait se faire dans l’espace public par l’inauguration d’une rue Habiba-Ahmed qui représenterait un message fort. Pour la mémoire, nommer une rue, c’est reconnaître de manière pragmatique et symbolique la richesse d’une société, son apport, son évolution, son histoire croisant les regards du passé et du présent. Nommer une rue, c’est aussi refléter la société actuelle en apaisant les tensions afin d’amener la communauté des êtres humains à réfléchir et à remédier à ce qui cause tant de divisions, de violence et d’individualisme. 

 

La lumière éclairera les esprits éteints seulement si nous aspirons collectivement et fermement à une réelle transformation et à une remise en question pour une société saine, constructive et inclusive. À l’heure où les discours racistes et d’extrême droite gagnent du terrain, cette possibilité existe. Elle n’est pas une option mais une nécessité. N’attendons plus qu’il soit trop tard !

Citoyens·nnes, acteur·rice·s de terrain, responsables politiques, leaders, médias, journalistes, écrivains·nes, académiciens·nes, artistes, sportif·ve·s, influenceurs·ses,… 

Sommes-nous prêts à contribuer à un tel Appel? Oui, nous le sommes et nous continuerons à l’être tant qu’il sera notre principale motivation. Si vous l’êtes aussi, rejoignez et signez  «L’Appel Devoir de Mémoire Contre le Racisme». 

Le devoir de mémoire peut contribuer à faire reculer le racisme pour plus de paix, de reconnaissance et de justice. C’est le message que nous ont lancé Habiba et Ahmed il y a bientôt 20 ans. Aujourd’hui, à nous toutes et tous d’en être les porte-voix.

Nous continuerons à les commémorer afin d’écrire, ensemble, une nouvelle page de l’Histoire. 

Contexte historique

Le 7 mai 2002, vers 4h du matin, un double homicide secoue la Belgique. Isnasni Ahmed (47 ans) et El-Hajji Habiba (45 ans), sont assassinés à Schaerbeek par un individu connu pour son adhésion aux thèses de l’extrême droite et sa proximité avec Johan Demol (élu du Vlaams Blok devenu Vlaams Belang).  

Avant de se donner la mort et périr suite aux émanations des flammes de l’incendie qu’il a lui-même provoqué dans tout l’immeuble du 121 rue Vanderlinden, l’assassin, Hendrik Vyt, un homme de 79 ans, avait également tiré sur Yassine (11 ans) et Walid (6 ans). Entre la vie et la mort et blessés par balles, ils avaient dû être hospitalisés. Ils avaient pu être sauvés in extremis par Gérard et Mohamed. Au péril de sa vie, Gérard avait également sauvé leur fille Kenza. Leur fils Abdelmounaim a pu s’échapper et se réfugier chez des voisins. L’unique mobile du crime : le racisme.   

 L’assassin avait une intention claire et n’avait pas agi sous le coup de la folie. Ce sont des idéologies dangereuses et racistes qui ont gagné son esprit pour commettre l’irréparable.  Ces idéologies ont pris racine et ont été nourries par des mouvements de l’extrême droite tel que le Vlaams Blok de l’époque dont il ne cachait pas son appartenance.  

« Puisque Le Pen n’a pas été élu au second tour, nous allons nous débarrasser de ça nous-mêmes avec une kalachnikov »,avait-il déclaré la veille de son crime. 

 

Présentation de la Habiba Ahmed Foundation

Née d’une volonté citoyenne,  la HAF a pour principale mission d’entretenir la mémoire du crime raciste dont Habiba et Ahmed ont été victimes afin que de tel drame ne se reproduise plus.

Commémorer Habiba et Ahmed, c’est commémorer deux parents, une histoire commune qui s’inscrit dans une mémoire collective schaerbeekoise et belge, plus largement, dont la vision se veut être un vecteur de transmission, de dialogue et de paix entre toutes les composantes de la société. 

Pour cela, la HAF s’engage à créer un espace pour commémorer l’histoire tragique de deux parents, leur parcours pour non seulement honorer leur mémoire mais aussi celle de toute une génération de parents issus de  l’immigration ayant tant contribué à la construction de la Belgique. 

Cette mémoire sera portée au travers d’actions de sensibilisation et d’information, de publications, de diffusion de témoignages, de supports audiovisuels, de pièces de théâtre, de travaux de recherche académique, de projets pédagogiques et de visites en collaboration avec les écoles, structures associatives et institutionnelles.

La HAF a pour vocation d’initier des projets qui s’articulent autour de quatre  axes : 

      mémoire et espace public

     mémoire et histoire de l’immigration

      mémoire et racisme, discrimination

      mémoire et dialogue 

C’est ainsi que la  HAF s’engage concrètement  à porter le dernier appel que nous ont laissé Habiba et Ahmed :

« Faites que notre départ ne soit pas vain et que l’avenir soit celui d’une harmonie entre tous les citoyens libérés des dangereuses idées meurtrières. »

Membres administratif

Kenza Isnasni, Fondatrice

Mes parents, Isnasni Ahmed et El Hajji Habiba continuent d’être ma principale source d’inspiration, ma force.  Après avoir moi-même échappé à la mort, ce drame me bouleversa au plus profond de mon être. Malgré tout, j’ai dû continuer à vivre dans un monde où mes...

Latifa Touzani, Staff Admin

Enseignante de formation, Latifa est médiatrice socio-scolaire et également responsable en centre de formation pour adultes et d'une école de devoirs. Elle travaille sur divers projets citoyens et culturels en asbl et en écoles. Responsable en centre de formation pour...

Agnès Pietrak, Staff Admin

Agnès habite depuis 35 ans à Bruxelles. Cette artiste peintre décrit sa peinture comme étant instinctive, colorée, grand format, lui permettant de s'exprimer ou de se recentrer, avec pour inspiration ses nombreux voyages notamment en Afrique. Agnès est une déterminée...

Comité Parrains/Marraines de la HAF

Nous remercions chaque membre de notre comité de parrains et marraines de nous faire l’honneur de soutenir le travail de la HAF.  En faisant partie de cette véritable aventure humaine, en portant ensemble un vrai message d’unité, son rôle important et crucial permettra de mettre en lumière un engagement nécessaire et constructif pour endiguer ce fléau du racisme. La HAF tient à entretenir une étroite collaboration avec ses parrains et ses marraines  car nous souhaitons représenter la rencontre de nos aspirations et de nos valeurs communes qui seront partagées  tout au long de cette aventure humaine.  

La Princesse Esmeralda de Belgique

La princesse Esmeralda est un membre de la famille royale belge. Elle est journaliste, auteure et conférencière et a également co-produit trois documentaires pour la télévision et publié plusieurs livres sur sa famille, l’environnement et les femmes lauréates du Prix...

Gaël Faye

Auteur-Compositeur-Interprète, rappeur et écrivain, Gaël Faye est né le 6 août 1982 à Bujumbura au Burundi d’une mère rwandaise, et d’un père français. Le début de la guerre civile au Burundi en 1993 et du génocide des Tutsis au Rwanda en 1994, fait fuir la famille...

Dorcy Rugamba

Comédien, auteur et metteur en scène, Dorcy Rugamba étudie au Conservatoire de Liège où il obtient le premier prix d’art dramatique. En 1999, il co-écrit la pièce Rwanda 94, un spectacle de 6 heures sur le génocide rwandais, écrit pour le festival d’Avignon par la...

Fatima Zibouh

Fatima Zibouh est diplômée en sciences politiques (ULB) et est titulaire d’un Master spécialisé en Droits de l’Homme (UCL). Depuis 2007, elle est chercheuse au CEDEM et elle est actuellement doctorante en sciences politiques et sociales (ULG). Sa thèse de doctorat...

Membres d’honneur

Pour mettre à l’honneur toutes ces belles âmes qui n’ont écouté que leur cœur, leur courage et qui ont accompagné, soutenu, encouragé, tendu la main à la famille des victimes Isnasni-El Hajji dans ces moments douloureux qui ont suivi le drame. 

À vous belles âmes, cet espace vous est dédié. Cet espace fera honneur à ce que vous avez été pour continuer à croire qu’un autre monde est possible, pour continuer à croire en l’humanité

au Comité de soutien Isnasni-El Hajji,
au personnel soignant des urgences de l’Hôpital Saint Pierre,
au personnel soignant de l’Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola
aux habitants du quartier de la Place Stephenson, de la rue du Pavillon qui se sont mobilisé pour porter secours,
aux mosquées et les services communaux pour avoir organisé les funérailles officielles,
à La Fondation Hassan II, l’Ambassade du Maroc, le consulat du Maroc,
à toutes les personnes venues partager la douleur de cette tragédie.

« À vous belles âmes. Merci… » Kenza Isnasni. 

 

Notre grand héros Gérard Buyck

Gérard a été dix ans volontaire militaire chez les Para-Commandos. De retour à la vie civile, il deviendra routier international pendant vingt-cinq ans. Il est actuellement membre de différentes amicales d’ancien Para-Commando (ANPCV Ostende, Brabant et Mouscron)....

Jeany de Leeuw

Professeur de l'enseignement en secondaires et infirmière  “Je n'ai fait que mon travail de professeur. J’ai partagé avec mes élèves mon savoir et être à leurs côtés, pour les aider à affronter les épreuves. J'étais présente, témoin, avec tout mon cœur, de la...

Nadia Lamhaouli

Assistante sociale au Centre Public d'Action Sociale de Schaerbeek, service Jeunesse. “ J’ai rencontré Kenza et sa famille en mai 2002, quelques jours après le drame qui a marqué sa famille. Assistante sociale au CPAS de Schaerbeek, j’ai été chargée de mettre en place...

GAFFI, Groupe d’Animation et de Formation pour Femmes Immigrées

Le Gaffi est une association de femmes implantée depuis 1978 dans le quartier Brabant-Nord de Bruxelles, au cœur des flux migratoires. Creuset de cultures diverses, il accueille chaque années près de 250 femmes et enfants pour proposer, en trois programmes d’action,...

Agenda

07

Mai 2021

19 ans de commémoration

7 mai 2002 - 7 mai 2021, 19 ans de commémoration,
“ Lancement de l'Appel Devoir de Mémoire Contre le Racisme"

Voir tous le calendrier

Contact