La princesse Esmeralda est un membre de la famille royale belge.

Elle est journaliste, auteure et conférencière et a également co-produit trois documentaires pour la télévision et publié plusieurs livres sur sa famille, l’environnement et les femmes lauréates du Prix Nobel de la Paix.

Esmeralda est une militante pour les droits humains, en particulier pour les droits des femmes et des peuples autochtones, et pour l’environnement. Elle a également pris part au débat sur le racisme dans nos institutions au lendemain de l’assassinat de George Floyd aux Etats-Unis, affirmant que nous avons tous une responsabilité de confronter notre Histoire pour bâtir une société plus juste.

Elle a ainsi dénoncé le passé colonial belge et le règne de son arrière-grand-oncle, le roi Léopold II, durant lesquels des millions de Congolais sont morts.

Le racisme, selon elle, “est aussi présent en Europe qu’il l’est de l’autre côté de la rive atlantique. Certes, sur le Vieux continent, la discrimination à l’égard des minorités ethniques, se manifesterait sous des traits plus sournois. En Belgique, même constat, le délit de faciès est toujours aussi présent, les propos xénophobes en augmentation. Mais elle y est bel et bien présente.” 

Quant à l’attitude à tenir face à ce racisme persistant, elle demande un engagement plus actif. « Il ne suffit pas de n’être pas raciste, il est essentiel d’être antiraciste », écrit-elle notamment dans ce texte dont le titre original est ‘’Le poids du passé’’. 

Elle est la Présidente du Fonds Léopold III pour l’Exploration et la Conservation de la Nature, créé par son père en 1972 et Présidente de l’ONG Friendship Belgium qui oeuvre au Bangladesh auprès des communautés les plus vulnérables et marginalisées avec des programmes d’éducation, de santé et d’adaptation aux changements climatiques.

L’obscurité ne peut pas chasser l’obscurité ; seule la lumière le peut. La haine ne peut pas chasser la haine ; seul l’amour le peut.” Martin Luther King