Skip to content Skip to footer
Rejoignez l'appel

« Devoir de Mémoire Contre le Racisme »

Tel a été le message que Kenza Isnasni avait lancé devant des milliers de personnes lors des funérailles officielles au nom de ses parents Habiba et Ahmed après avoir été sauvagement assassinés par leur voisin raciste, un partisan d’extrême droite du Vlaams Belang le 7 mai 2002 à Schaerbeek. Pour rappel, au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, suivis d’élections présidentielles en France en mai 2002, l’assassin avait déclaré la veille de son crime : 

« Puisque Le Pen n’a pas été élu, nous allons nous débarrasser de ça nous même avec une kalachnikov ! » 

H. V.

Au-delà des frontières, le racisme sévit. Au-delà des frontières, nous devons le combattre car le scénario pourrait se répéter l’an prochain.  Les prochaines élections présidentielles en France auront lieu en avril 2022 … exactement 20 ans après le drame. En plus des crimes racistes qui se banalisent et dont nous continuons d’être témoins aux quatre coins du monde, les analystes politiques nous annoncent un contexte inquiétant, avec une extrême droite encore plus forte qu’il y a 20 ans.

L’Appel «Devoir de Mémoire Contre le Racisme» est lancé dès aujourd’hui par la Habiba Ahmed Foundation et s’adresse à quiconque est épris d’humanisme, de solidarité et de justice. Nous n’oublions pas. Nous commémorerons Habiba et Ahmed pour nous rappeler que le racisme est capable d’engendrer des conséquences désastreuses et irréversibles.  

L’Appel «Devoir de Mémoire Contre le Racisme» est un appel du cœur, à l’amour pour que plus jamais aucun être humain ne soit tué pour sa différence. Un appel pour vivre dans le respect au sein d’une société inclusive afin de faire reculer ces violences racistes auxquelles malheureusement nous continuons d’être exposés sous de nouvelles formes, plus diffuses et souvent banalisées. Le racisme fut et continue à être une réalité.

Cette tragédie doit amener la communauté des êtres humains à réfléchir sur nos responsabilités respectives lorsque le racisme sévit, lorsqu’il mène à la mort. Car oui, le racisme tue, il a tué Habiba et Ahmed et tant d’autres.

Vingt ans plus tard, nous prendrons le temps d’honorer une génération ayant contribué au développement et à la construction de la Belgique. Ces parents ont fait partie – suite à l’appel fait pour une main d’œuvre étrangère dans les années 60- de ces grands mouvements de l’immigration dont l’histoire reste peu reconnue. 

Nous ferons également en sorte que ce moment de commémoration soit un engagement ferme en termes d’actions. Il est nécessaire de contribuer à la reconnaissance de cette histoire collective belge. Ces générations de parents immigrés se succèdent les unes  après les autres. Elles disparaissent en emportant des femmes, des hommes, notre mémoire, notre histoire. Nous honorerons ces pères, ces mères qui en silence ont tant sacrifié avec dignité et courage. 

Vingt ans plus tard, ne parlons plus de changement mais de transformation. Une transformation positive pourrait se faire dans l’espace public par l’inauguration d’une rue Habiba-Ahmed qui représenterait un message fort. Pour la mémoire, nommer une rue, c’est reconnaître de manière pragmatique et symbolique la richesse d’une société, son apport, son évolution, son histoire croisant les regards du passé et du présent. Nommer une rue, c’est aussi refléter la société actuelle en apaisant les tensions afin d’amener la communauté des êtres humains à réfléchir et à remédier à ce qui cause tant de divisions, de violence et d’individualisme. 

La lumière éclairera les esprits éteints seulement si nous aspirons collectivement et fermement à une réelle transformation et à une remise en question pour une société saine, constructive et inclusive. À l’heure où les discours racistes et d’extrême droite gagnent du terrain, cette possibilité existe. Elle n’est pas une option mais une nécessité. N’attendons plus qu’il soit trop tard !

Citoyens·nnes, acteur·rice·s de terrain, responsables politiques, leaders, médias, journalistes, écrivains·nes, académiciens·nes, artistes, sportif·ve·s, influenceurs·ses,… 

Sommes-nous prêts à contribuer à un tel Appel? Oui, nous le sommes et nous continuerons à l’être tant qu’il sera notre principale motivation. Si vous l’êtes aussi, rejoignez et signez  «L’Appel Devoir de Mémoire Contre le Racisme».

Le devoir de mémoire peut contribuer à faire reculer le racisme pour plus de paix, de reconnaissance et de justice. C’est le message que nous ont lancé Habiba et Ahmed il y a bientôt 20 ans. Aujourd’hui, à nous toutes et tous d’en être les porte-voix.

Nous continuerons à les commémorer afin d’écrire, ensemble, une nouvelle page de l’Histoire. 

Signer. Soutenir.

Signez l’appel afin de nous donner un pouvoir d’action auprès de la société.

Vous souhaitez en faire plus ? Nous vous remercions du fond du coeur. Faites une donation sur notre compte :

BE79 5230 8133 0333 – code BIC : TRIOBEBB

Agissez, signez.

Nous continuerons à les commémorer afin d’écrire, ensemble, une nouvelle page de l’Histoire.

%%votre signature%%

49 signatures

   

NOTRE CROWDFUNDING EST EN COURS SUR SETYA.FUND !
Soutenir